Maisons Open - Groupe Hexaom

BENOIST BOUIX : « DEVELOPPER L’ATTELAGE EN SARTHE »

Benoist Bouix, le président de l’ASA, avec sa groom Sonia Chevalier et son cheval Aka, un Henson

Ils sont passionnés d’attelage et veulent faire découvrir cette discipline équestre et la développer en Sarthe.  Benoist Bouix, président de l’Association sarthoise d’attelage (ASA), Bernard Choplain, secrétaire, et leur équipe organisent pour la deuxième fois à Ecommoy une épreuve nationale comptant pour la sélection aux championnats de France d’attelage les 30 avril et 1er mai 2022.

Présentez-nous l’Association sarthoise d’attelage !

Benoist Bouix : elle compte une centaine de membres licenciés et regroupe des meneurs, des adhérents qui participent aux  compétitions, mais aussi  beaucoup de personnes qui font de l’attelage pour le loisir. Nous avons également des adhérents qui font de la traction animale (débardage…). Président depuis 6 ans, je m’occupe plus particulièrement des randonnées, du tourisme équestre et des compétitions. Nous avons aussi intégré le Comité départemental d’équitation 72, nous en sommes une discipline à part entière. 

Et quel est votre objectif ?

Nous souhaitons développer l’attelage, faire connaître cette discipline plutôt méconnue en Sarthe. On veut aussi attirer des personnes à nos concours.

Comment comptez-vous atteindre cet objectif ?

Nous organisons des sorties, des concours. L’an dernier, pour la première fois, nous avons déplacé notre concours sur l’hippodrome d’Ecommoy et nous avons accueilli plus de mille spectateurs sur les deux jours.  Cette année, nous récidivons en organisant un concours national comptant pour la sélection des championnats de France d’attelage. Ce concours aura lieu sur deux jours,  les 30 avril et 1er mai prochains, sur l’hippodrome d’Ecommoy.  C’est un site idéal avec une piste en sable. Nous attendons entre 50 et 55 participants, venus de toute la France. 

En quoi consiste cette compétition ?

Il y a trois épreuves : le dressage, la maniabilité avec un parcours de quilles et le marathon. Cette dernière épreuve qui se déroule le deuxième jour est la plus spectaculaire avec des obstacles de marathon, des portes à respecter.  Les spectateurs aiment beaucoup cette épreuve. 

Et vous-même, comment avez-vous connu l’attelage ?

J’étais plutôt un cavalier de randonnée.  Je suis venu à l’attelage il y a une dizaine d’années. J’ai commencé par un stage aux attelages du Ray, à Saint-Denis-d’Anjou, en Mayenne. Puis, j’ai monté mon propre attelage pour ma retraite. J’ai commencé par la randonnée avant de venir à la compétition. Je m’entraîne deux fois par semaine. 

Quel est l’objectif à plus long terme ?

J’aimerais développer le tourisme équestre en Sarthe, notamment au niveau de l’attelage. Pour le moment, les voies vertes, la forêt de Bercé…, sont interdites aux chevaux. J’aimerais faire bouger les choses, je vais m’y atteler. J’aimerais aussi  qu’on puisse relier la forêt de Perseigne à la forêt de Sillé-le-Guillaume. Mais actuellement, il y a un problème de ponts.  Il faut penser à l’attelage de tourisme : beaucoup de ceux qui pratiquent l’attelage sont des randonneurs. Or pour développer cette discipline, il faut des chemins. 

 Catherine Gilot

BERNARD CHOPLAIN : 30 ANS DE PASSION

Passage du gué pour Bernard Chopaient sa percheronne Églantine

Secrétaire de l’Association sarthoise d’attelage, Bernard Choplain a découvert cette discipline il y a 30 ans.

« Je  vivais en lotissement quand j’ai vraiment découvert l’attelage, c’était il y a une trentaine d’années . Quand j’étais jeune, j’avais donné un coup de main dans une ferme où on attelait », confie Bernard Choplain.  En ce mardi après-midi brumeux , Bernard Choplain a rejoint le président de l’association sarthoise d’attelage,  à Piacé. Les deux passionnés commencent par une petite balade avec passage de gué en guise d’échauffement. Puis, ils poursuivent par un entraînement sur un terrain aménagé par Benoist Bouix, près du moulin. 

Eglantine, une percheronne

«  J’ai  ensuite acheté une fermette.  Et c’est devenu une passion », poursuit l’ancien conducteur  routier international. «  Depuis que je suis à la retraite, j’y consacre beaucoup de temps.  Je m’entraîne en moyenne deux fois par semaine. L’hiver, nous allons nous entraîner une fois par mois à l’Arche de la Nature ». C’est avec Eglantine, une belle percheronne, que Bernard se présente aux compétitions. « Je participe aux concours, mais pas pour gagner, plus pour le plaisir. Car ma jument n’est pas très rapide », sourit-il.

A noter sur vos agendas
Concours d’attelage : samedi 30 avril 2022 , de 10 heures à 18 h 30, 
Dimanche 1er mai 2022, de 9h 30 à 16 h 30. 

Lieu : Hippodrome d’Ecommoy. 
Etape comptant pour la sélection des championnats de France

Entrée libre

Bruno Réchard

Bruno Réchard, rédacteur en chef du Petit Sarthois

Ajouter commentaire

Nous suivre

Vous aimez la Sarthe ? Alors vous aimez le Petit Sarthois… Suivez-nous ;-)

PUBLICITÉ