BBC Constructions

La Gazette équestre – Juillet 2020

Le Grand Refuge de Pervenchères, un havre de paix de la SPA pour équidés

Le Grand Refuge de Pervenchères

Le premier combat de la SPA créée en 1845 par Etienne Pariset portait sur la protection des chevaux que les cochers parisiens maltraitaient. Au fil du temps, leur action s’est développée et leur intérêt s’est élargi aux autres espèces animales, en particulier les chiens et les chats.  Inauguré en mai 2016, le Grand Refuge SPA situé à Pervenchères (61), situé à quelques kilomètres de Mamers, concentre son action sur les équidés. Il a pour mission de recueillir, soigner et proposer à l’adoption des équidés maltraités ou privés de soins. Nous avons rencontré Stéphanie Girard, Responsable Adjointe du Grand refuge, qui nous explique tout sur ce paradis qui offre une seconde chance aux équidés.

Présentation du Grand refuge

Le parc est de 140 hectares accueille 350 équidés, dont 30% sont des ânes, 30% de chevaux et 40% des poneys. Le site abrite aussi 200 animaux de la ferme : volailles, ovins, caprins, porcins, bovins. Le site a ouvert en décembre 2014, a démarré les adoptions en octobre 2015. Aujourd’hui les visites s’effectuent uniquement sur rendez-vous et pas moins de 100 équidés sont adoptés chaque année. Sur les 350 pensionnaires équins, il y a une majorité d’équidés réquisitionnés, la plupart du temps pour manque de soins ou par négligence. Suite à l’enquête, le délégué SPA peut se contenter de conseils si le problème provient d’une simple méconnaissance. « Mais le plus souvent nous proposons au propriétaire un acte de cession, et s’il y a blocage et urgence, nous déposons une plainte et sollicitons une réquisition de justice » explique Stéphanie Girard. « Puis nous allons chercher les équidés sur toute la France ».

Les modalités d’adoption

Les modalités d’adoption suivent une procédure prépondérante pour s’assurer du bien être futur des équidés ayant souvent déjà connu une situation difficile. « Nous répondons aux problèmes de maltraitance ou de négligence. C’est souvent simplement de la négligence : oubli du parage des sabots, oubli de nourrissage quotidien ou mise à disposition d’eau, de vaccination pourtant obligatoire, ou de soins sur de petites pathologies qui deviennent plus grave dans le temps. » La procédure d’adoption débute par l’envoi d’un formulaire sur demande par mail. Si le dossier est conforme, une visite chez l’adoptant par un délégué enquêteur va permettre de vérifier les conditions d’accueil : clôture, abri, surface (1hectare pour un cheval, 2500 m2 pour un âne ou un poney). Ensuite la SPA propose de venir au Grand Refuge pour la présentation des candidats. Il est demandé une participation financière :  450 € pour un cheval, 400 € pour un âne, 300 € pour un Poney. Concernant les adoptions d’une mule, d’un bardot, d’un mulet ou d’un cheval malade ou très âgé, un don libre suffit.

Les mises en garde aux adoptants

On nous appelle souvent pour « adopter un équidé pour de simples ballades » commente Stéphanie. « Cela n’est pas si simple : on demande galop 5 minimum en extérieur, car l’équidé en ballade peut s’avérer compliqué à monter. »

L’adoptant idéal, c’est celui qui nous dit : « Je voudrais le plus vieux, le plus moche, le plus malade. »

Mais là aujourd’hui, on a énormément de dossiers pour un gentil poney Alsan les yeux bleus d’1,20m pour faire du baby poney. Cette typologie d’adoptants ne doit pas venir chez nous, nos équidés ont des profils compliqués. Pour cette raison là on est obligé parfois de refuser des dossiers d’adoptants. » En fait l’idéal c’est d’adopter pour le pré et la compagnie.

Le Grand Refuge de Pervenchères – 02 33 83 08 66 – grandrefuge@la-spa.fr



Bruno Réchard

Bruno Réchard, rédacteur en chef du Petit Sarthois

Nous suivre

Vous aimez la Sarthe ? Alors vous aimez le Petit Sarthois… Suivez-nous ;-)

PUBLICITÉ