Journée découverte du métier de maroquinier

A LA PÊCHE AU FAMEUX AYMARA, CUISINÉ ENSUITE PAR LULU

La Guyane Française compte 110 000 kilomètres de cours d’eau en passant par ses fleuves, rivières, criques et ses zones marécageuses d’environ 2900 km2. C’est un lieu de pêche réputé à l’international pour ses poissons combatifs et mystérieux d’Amazonie. Parmi le groupe de voyageurs, nous étions quelques pêcheurs passionnés qui avons eu la chance de croiser et de capturer l’un de ces prédateurs aux dents acérées, le fameux Aymara ! A travers cet article, nous allons vous raconter, l’expérience inoubliable que nous avons vécue au bord de la rivière au cœur de l’Amazonie. 

Une journée inoubliable : ce matin-là, pas besoin de réveil, les singes hurleurs s’en occupent. Il est 8h, nous sommes fins prêts pour partir à la conquête de l’Aymara. Un habitant vivant depuis petit à Saül, nous avait parlé d’un spot de pêche à trois heures de marche du village. Lors de notre randonnée, nous tombons nez à nez sur une soixantaine de cochons des bois qui nous barrent la route avant d’arriver sous cette roche tant vantée par le villageois. A peine arrivés, la tension commence à monter… Lony prépare son matériel et ouvre le bal au premier lancé. Et là, c’est parti ! Son moulinet casse au premier coup de tête du poisson, s’en suit un combat à la main pour ramener le spécimen enragé. Janis et Romain suivent le rythme et enchainent 2 poissons. Il nous reste peu de temps pour pêcher, réjouis par nos prises, nous les ramenons au carbet pour que Lulu nous les cuisine à sa manière.

Le boucanage : la spécialité de Lulu 

Une fois rentrés de notre périple, nous confions les Aymaras à Lulu pour qu’il les cuisine à sa façon. Le boucanage est un mode de cuisson ancestral qui permet de cuir la viande et le poisson pendant plusieurs heures pour le fumer. Lulu nous raconte que cette technique était utilisée lors de longs périples sur le fleuve afin de conserver plus longtemps la nourriture.  Après une douche bien méritée et un petit apéro (bien mérité également) vient la dégustation de nos prises. L’ensemble du groupe a pu profiter du fruit de notre pêche. Malgré l’apparence étrange de ce poisson, nous avons été agréablement surpris par le goût et la texture de sa chair. Gare à vous, les arrêtes sont très grosses et ne pardonnent pas !

Comment le pêcher et avec quel matériel ?

L’Aymara, un poisson puissant et doté de plusieurs dents acérées ! Il nous fallait un matériel adapté pour la pêche en milieu encombré tout en restant léger pour le voyage. De la canne au moulinet, sans oublier l’équipement essentiel et les leurres les plus efficaces, nous passerons en revue le matériel utile pour capturer les Aymaras de Guyane française. Une canne en 14-60g, un moulinet en taille 3500 garni d’une tresse résistante. Une tête de ligne en fluoro-carbone de 80 à 100 centièmes qui vous évitera de vous faire couper. En ce qui concerne les leurres, nous avons utilisé des spinerbait et d’autres leurres métalliques. Les leurres souples sont à proscrire car les dents endommagent rapidement les textures souples. 

Romain R, Alexandre, Lony, Janis, Romain M

Bruno Réchard

Bruno Réchard, rédacteur en chef du Petit Sarthois

Journée découverte du métier de maroquinier

Ajouter commentaire

Nous suivre

Vous aimez la Sarthe ? Alors vous aimez le Petit Sarthois… Suivez-nous ;-)

PUBLICITÉ