BBC Constructions

Sécottine, le concept-store d’Aurélie Marol

Des chaussons polonais ? Un bijou indien ? Un dentifrice vintage ? On trouve absolument tout pour se faire plaisir chez Sécottine. Le joyeux et chaleureux concept-store de la rue du Tertre vient de fêter ses deux ans ! L’occasion de faire connaissance avec la pétulante Aurélie Marol. 

Un parcours en forme de grand ziz-zag !

« Je suis tombée dans la marmite du commerce très jeune ! Ma mère et mon beau-père ont tenu des bar-tabac et des épiceries, notamment le Spar de Louplande. J’aidais donc à la caisse et au rangement. J’ai également vite appris que pour être un bon commerçant, il ne fallait pas être seulement piplette comme moi, mais aussi écouter les clients. Mais avant d’ouvrir ma boutique il y a deux ans, j’ai fait beaucoup d’autres choses : des études d’infographiste et de dessin, un CAP coiffure, un BEP couture, j’ai travaillé dans un bar-resto et dans un magasin de surf à Hossegor. De retour dans la Sarthe, j’ai enchaîné comme serveuse aux « Sept plats » dans le Vieux-Mans, hôtesse de caisse puis animatrice des cours de bricolage à Leroy MerlinSécottine est la première chose qui me correspond vraiment mais faire toutes ces choses me servent pour mon activité aujourd’hui. »

Secottine, boutique du Monde créative

« Je rêvais depuis toujours d’ouvrir un endroit qui serait à la salon de thé, fripes et librairie. Mais je me suis tourné vers le concept-store car j’apprécie la liberté de pouvoir proposer les marques que j’aime et pour tous les âges. Que cela soit des chaussons polonais en laine de mouton, du thé ou du savon, je ne vends que mes coups de cœur ! Même ceux qui se vendent peu (rire). Comme ces doudous en laine d’alpaga. Je continue à les proposer car je les trouve très poétiques… Je ne peux pas dire ce qui marche le mieux. Au début, c’était les poupées Minikane. En avril dernier, ce fut des chaussures en cuir faites à la main au Mexique. Sinon, l’accessoire qui cartonne depuis deux ans, c’est le bracelet doré bouddhiste. L’Inde est une grande source d’inspiration. La moitié de ma vie est là-bas. Mon mari est de New Delhi, ma belle-sœur couturière là-bas… J’adore les bijoux indiens. Quand je m’y rends, j’en remplis mes valises ! Je suis inconditionnelle des couleurs de ce pays. Mais s’il y a bien un endroit où j’aimerais monter un autre Sécottine, ce serait Copenhague… J’ai été invitée deux fois là-bas par la marque Nordal, dont j’adore les meubles, et j’ai complètement craqué pour l’ambiance de cette ville. »

Sécottine connaît pas la crise !

« Malgré les fermetures imposées, je suis très contente des deux premières années de Sécottine. Les produits sont un peu montés en gamme mais il me tient à cœur que le panier moyen reste accessible à tous. A chaque réouverture post-confinement, c’est un nouveau départ. La première fois, j’avais tout repeint, cette fois-ci, j’ai un peu réaménagé. J’ai toujours gardé le contact avec mes clients avec des rendez-vous privés « click and collect » et via   

Instagram que j’utilise beaucoup. J’y créé des stories  et je suis tout le temps en train de fouiner à la recherche des nouveautés. Je croise les doigts » 

Rodolphe Tréhet

Aurélie,

Si vous étiez… Vous seriez…

Une couleur : le jaune

Une qualité : fonceuse

Un défaut : l’impatience

Un rêve : explorer le Monde

Un sentiment : l’empathie

Une fleur : l’hortensia

Une destination : le Kerala, région du Sud de l’Inde

Un animal : la tortue, toujours zen grâce à sa carapace 

Un personnage célèbre : Jean-Michel Basquiat 

Bruno Réchard

Bruno Réchard, rédacteur en chef du Petit Sarthois

Ajouter commentaire

Nous suivre

Vous aimez la Sarthe ? Alors vous aimez le Petit Sarthois… Suivez-nous ;-)

PUBLICITÉ