BBC Constructions

Chloé voit la vie en roses

Inspiré du concept de Slow FlowerFleurs d’Ici est la première marque française de fleurs locales et de saison.  Rencontre avec sa tête pensante mancelle, Chloé Rossignol.

La passionnée experte

Chloé Rossignol a toujours adhéré au vert. « Aider les fleuristes était déjà mon job d’étudiante. » Le cœur se pose où l’œil se pose… Jeune adolescente, une marchande de fleurs, au coin de sa rue, devient sa grande inspiratrice : « Libre, créatrice, fonceuse ». Le sillon tracé pour les grandes études l’éloigne un peu de la voie de l’artisanat. Diplôme de Sup’ de co de Reims dans son panier, Chloé Rossignol commence sa carrière dans l’industrie pour Dulux Valentine – le secteur des couleurs, évidemment – puis migre en Autriche pour Essilor. Retour à la case Nord chez Leroy Merlin en tant qu’acheteuse. Secteur jardinage, bien sûr. Chloé impose déjà sa patte « made in France » aux fournisseurs. « Cette transition a secoué un peu… Tout comme lorsque nous avons exclu le glyphosate des rayons, avant même l’interdiction nationale. Mais quand on propose de bonnes alternatives, chacun est vite rassuré. » En 2017, elle lit un article sur Hortense Harang, créatrice de Fleurs d’ici. « J’ai trouvé sa démarche géniale. Je l’ai appelée pour lui proposer un coup de main. » Le duo « matche » puis s’épanouit comme une fleur au printemps. Désormais, la société compte une vingtaine de salariés. Chloé apporte sa riche connaissance des filières horticoles et s’occupe de la logistique des livraisons au Mans. A Paris, Hortense, passée par le journalisme (à la BBC) gère l’aspect commercial et la communication. 

L’engagée du local 

Deux idées majeures s’imposent à Fleurs d’ici : circuit court et saisonnalité. En 2021, le marché français est encore approvisionné à 80 % par des fleurs en provenance de contrées bien éloignées du pays de Cocagne : Chili, Equateur, Kenya, Ethiopie… Une aberration environnementale : pesticides à outrance, dépenses d’eau astronomiques… « Et lorsque ces fleurs arrivent dans les boutiques en France, dix jours se sont écoulées depuis leur coupe. Elles sont donc davantage sélectionnées pour leur capacité à résister au voyage que pour leur beauté ou leur parfum. D’ailleurs, une fleur importée faite pour durer ne sent pas. » Débarquée d’un cargo frigorifié, son bilan carbone est catastrophique. « En France, on ne peut pas produire partout les mêmes fleurs en toutes saisons. Comme pour l’alimentation, la fleur est un produit vivant dont il faut respecter les cycles de vie. Il est possible de faire fonctionner la filière de manière beaucoup plus saine. Fleurs d’ici est un agrégateur de nos mille partenaires qui ont tous envie de changer les choses. »

La conquérante digitale 

Pour s’attaquer aux grossistes géants du marché international – pour la plupart hollandais – il ne fallait pas partir la fleur au fusil. Fleurs d’ici ne s’est pas contenté de surfer sur la mode de l’achat relocalisé. Certes, le circuit court est le meilleur… court-circuit aux mastodontes de la distribution, encore fallait-il faire preuve d’ingéniosité digitale. Fleurs d’ici est désormais une référence en tant que plateforme mettant en relation des producteurs français avec des entreprises (majoritairement, notamment LVMH, BNP, Orange…), fleuristes et particuliers : « Ce que nous faisons aujourd’hui n’aurait pas été possible voici cinq ans. Le développement de notre technologie, laquelle certifie la provenance des produits, a permis de créer des organisations de filières qui « n’existaient » pas avant. Notre but désormais de la mettre au service d’autres. La bière par exemple car si l’orge est produite en France, le houblon provient d’Inde, des Etats-Unis… »

La Sarthoise d’adoption

Native de Lille, une enfance passée dans la campagne limousine et en Normandie, Chloé Rossignol a quitté le nid familial pour ses études lorsque ses parents – lui, ingénieur, elle, infirmière – se sont installés à… Sillé-le-Guillaume. Alors quand s’est présentée l’opportunité de s’enraciner en Sarthe, elle n’a pas tergiversé : « Ma grand-mère y vivait encore et mon conjoint poursuivait sa carrière ici. » Les Pays de la Loire étant également la deuxième région productrice de fleurs en France, Le Mans est également idéalement situé entre Paris et Nantes. C’est donc naturellement que Fleurs d‘ici s’est ancré dans les bureaux de Le Mans Innovation. La jeune pousse a bien grandi. Lauréate du prix de la Startupeuse mancelle 2018, Chloé préside désormais la French Tech Le Mans. « Le Mans est la bulle verte de Fleurs d’ici ! »

serviceclient@fleursdici.fr

Rodolphe Tréhet

Chloé si vous étiez… Vous seriez…

Une couleur : le vert

Une qualité : le pragmatisme

Un défaut : l’impatience

Un sentiment : la joie

Un rêve : toujours plus de lien local 

Une fleur : la scabieuse, pour son esthétique graphique

Une destination : la campagne

Un animal : l’abeille

Un personnage célèbre : Agnès Jaoui, elle sait tout faire

Bruno Réchard

Bruno Réchard, rédacteur en chef du Petit Sarthois

Ajouter commentaire

Nous suivre

Vous aimez la Sarthe ? Alors vous aimez le Petit Sarthois… Suivez-nous ;-)

PUBLICITÉ