« BBC -

PANORAMA DES SYSTÈMES POUR CHAUFFER SON HABITAT

Le choix du mode de chauffage d’un logement est toujours difficile, que ce soit pour un appartement, une maison neuve ou une rénovation. De nombreux éléments sont à prendre en compte : énergies disponibles, configuration du logement, budget disponible…et dorénavant la réglementation. Pour vous aider à y voir plus clair, nous avons fait le tour de tous les systèmes de chauffage disponibles, pour le logement et la production d’eau chaude. Le cadre légal autour de l’installation des systèmes de chauffage vise véritablement à inciter les particuliers à miser sur des énergies propres. Dès à présent, de plus en plus de particuliers se tournent vers des modes de chauffage leur permettant de bénéficier d’une indépendance énergétique. Cela peut passer par l’installation de panneaux solaires ou encore d’une pompe à chaleur. D’autres privilégient le charme d’un poêle à bois ou d’un poêle à granulés, pour une ambiance chaleureuse, et un impact environnemental modéré.

Le chauffage au gaz : une interdiction progressive pour les logements neufs

Depuis le 1er janvier 2022, l’installation de chauffages au gaz est interdite dans les logements individuels neufs. En soit, se chauffer au gaz n’est pas interdit en France en 2022. Cette mesure concerne, pour le moment, uniquement les logements neufs. Si vous habitez dans un logement dit ancien, vous pouvez continuer à vous chauffer avec votre chaudière au gaz. En revanche, si vous devenez propriétaire d’une maison neuve, vous n’avez pas le droit d’installer une chaudière à gaz dans votre futur logement. Plus précisément, toutes les maisons individuelles, dont la demande de permis de construire a été faite après le 1er janvier 2022, ne peuvent plus se chauffer au gaz et sont dans l’obligation de se tourner vers une solution de chauffage plus responsable. Pour les logements collectifs neufs, cette mesure n’entrera en vigueur qu’à partir du 1er janvier 2025. D’après le gouvernement, ce délai supplémentaire de 3 ans est accordé pour laisser le temps aux alternatives du gaz de se développer à grande échelle.

Quelles sont les alternatives à la chaudière au gaz ?

Actuellement, de nombreux équipements existants vous permettent de chauffer votre logement neuf de façon plus responsable :

■ La chaudière biomasse : celle-ci fonctionne sur le même principe que la chaudière au gaz, seul le combustible change. Ce système de chauffage utilise du bois, ou des dérivés (chaudières à bûches, à granulés ou à bois déchiquetés).

■ La pompe à chaleur (PAC): même si la pompe à chaleur a besoin d’électricité pour fonctionner, il s’agit d’une des solutions les plus écologiques, car ce système utilise principalement des énergies renouvelables telles que l’air, l’eau ou la chaleur du sol. L’idéal est de poser des panneaux photovoltaïques, mais à quel coût ?

■ Le système solaire combiné (SSC) : fonctionnant grâce à des capteurs solaires, cet équipement produit de la chaleur pour votre intérieur, mais également de l’eau chaude sanitaire.

■ Le poêle à bois : plus classique, mais toujours aussi efficace. Installer un poêle chez soi peut s’avérer une bonne solution. 

■ Le foyer fermé est un appareil de chauffage au bois. Il ressemble beaucoup à la cheminée traditionnelle, mais est équipé d’une vitre et d’une porte. Cette simple différence le rend plus performant et beaucoup moins polluant. Les foyers fermés existent en version murale (encastrée ou adossée), suspendue, centrale ou en angle. Au niveau de l’ouverture, on distingue aussi les modèles avec portes coulissantes. Par rapport à un foyer ouvert, un foyer fermé est plus performant : 80 % de rendement contre 10 %. Il est moins polluant car il émet peu de particules de combustion et enfin moins dangereux grâce à sa vitre protectrice.

L’intérêt écologique et la contrainte économique : choix cornélien entre fin du monde et fin de mois…. 

Il faut distinguer le combustible et l’appareil. Certains combustibles sont gratuits (soleil) mais l’investissement est important. Certains appareils sont bon-marchés (radiateurs) mais leur combustible sont chers (électricité).

Parmi les chauffages économiques on gardera ceux ayant un bon rendement et un combustible qui n’est pas trop cher. 

Les poêles à bois à hauts rendements peuvent être intéressant car le bois est un combustible qui malgré une récente augmentation reste assez bon marché. Le chauffage électrique peut s’envisager dans une maison bien isolée, ainsi les nouvelles maisons passives peuvent maintenir une température tout au long de l’année avec un simple radiateur d’appoint. Mais au-delà du fait que ceux-ci n’apportent généralement pas un bon confort de chauffage, l’électricité coûte assez cher. Bien évidemment nous excluons aussi la chaudière à fioul en tant que nouvel investissement. 

Evolution du coût des énergies en centimes d’Euros TTC/kWh PCI (chauffage principal)

La pompe à chaleur a le vent en poupe, à condition de bénéficier des aides de l’État

Vient enfin la pompe à chaleur qui utilise l’électricité pour alimenter une pompe, et non pour chauffer directement comme les radiateurs. Mais attention, une pompe à chaleur coûte un certain prix à l’achat, comptez au moins 4 000 € pour un premier prix. Vous devrez donc prendre également le coût à l’achat dans votre analyse. Pour évaluer l’intérêt économique, il faut aussi considérer les aides de l’État qui vont faire baisser votre facture d’achat (voir encadré ci-après). 

Dernier conseil : n’excluez pas à priori les chaudières à hautes performances énergétiques comme la chaudière à gaz condensation et la chaudière à gaz. Ces deux chaudières, bien qu’elles utilisent un combustible dont le prix a fortement augmenté, sont bien moins cher à l’achat que les pompes à chaleur. Par ailleurs l’augmentation du prix du gaz est dû aux récents événements géopolitiques et il n’est pas à exclure que le prix du gaz reviendra à des tarifs acceptables dans les prochaines années. Acheter un système de chauffage c’est réaliser un investissement sur les 15 ou 20 prochaines années, c’est donc quelque part accepter une inéluctable part de risque et d’inconnue !

Bruno Réchard

Bruno Réchard, rédacteur en chef du Petit Sarthois

Nous suivre

Vous aimez la Sarthe ? Alors vous aimez le Petit Sarthois… Suivez-nous ;-)

PUBLICITÉ