pascal-mariette-expert-monuments-sarthois
Aux Pieds Douillets

Entretien avec Pascal Mariette : L’oeil de l’expert passionné par les monuments sarthois

Les Unités Départementales de l’Architecture et du Patrimoine (UDAP) exercent trois grandes missions : le conseil, le contrôle et la conservation du patrimoine. Ils jouent un rôle déterminant pour le conseil et la promotion d’une architecture et d’un urbanisme de qualité, en particulier quand la notion de contexte et d’intégration est en jeu. Nous avons rencontré Pascal Mariette, technicien aux bâtiments de France et membre de l’équipe de l’UDAP Sarthe, rattachée à la DRAC. Ce passionné d’histoire et d’archéologie habite Fresnay-sur-Sarthe. Il est aussi membre élu de l’équipe de Stéphane Le Foll, et dessinateur à ses heures perdues.

Comment l’État intervient dans la gestion du patrimoine bâti ?

Le ministère de la Culture gère des DRAC sur chaque région (Direction Régionale des Affaires Culturelles), qui emploient des techniciens des bâtiments de France comme moi. Nous nous occupons des documents liés à l’urbanisme, des permis de construire, des plans locaux d’urbanisme dans les rayons entourant les monuments historiques. Depuis 1913 é été instauré un rayon de protection de 500 mètres autour des édifices, au sein duquel l’État a un droit de regard pour protéger dans leur écrin les monuments. Par ailleurs l’État a sur la Sarthe a deux bâtiments qui lui appartiennent : le Prytanée militaire et la Cathédrale Saint Julien. Les églises sont quant à elles gérées par les communes depuis 1905. Quant aux châteaux, ils appartiennent pratiquement tous au secteur privé.

Illustration de Pascal Mariette

Quelles sont les grands styles historiques de constructions en Sarthe ?

En l’absence de moyens de transport, le bâti ancien s’est édifié avec les matériaux locaux, caractérisant le bâti vernaculaire. Dans le territoire de la Sarthe, le paysage et l’architecture sont très différents selon les secteurs, entre reliefs plats et vallonnés, parfois abrupts, pays d’ardoises et de tuiles, de Roussard et de tuffeau. Une restauration du bâti ancien devra donc prendre en compte les caractéristiques locales : matériaux existants et techniques de construction adaptées.

Vous œuvrez à conserver les styles architecturaux ?

Notre rôle est de défendre le maintien de ce patrimoine qui fait le caractère de nos cités de caractère, mais aussi leur valeur. On essaye de maintenir les règles, comme les pentes de toits, les formes de fenêtres et leurs teintes.

Le bâtiment doit garder son cachet d’origine, son style. Une maison dénaturée perd son cachet et sa valeur. Il en va de même pour le quartier autour. Une même mancelle rue de Flore au Mans (quartier qui a su maintenir une architecture homogène) a plus de valeur que la même maison placée au sud du Mans, c’est une question de cachet lié au respect de l’architecture historique.

Quelles sont les aides pour restaurer selon les normes historiques ?

La Fondation du Patrimoine peut aider les particuliers. En petite cité de caractère, ou en secteur sauvegardé, si la commune a établi un contrat « Centre Ancien » avec la région pour des subventions, les gens peuvent prétendre à 35% de fonds sur les réfections extérieures : 5% communal, 10% départemental et 20% régional. Pour le classement en monument historique, Il faut formuler sa demande auprès de la DRAC avec un Dossier présentant l’historique du bâtiment et des photos. Pour l’éligibilité au Loto du Patrimoine, c’est une commission nationale et/ou régionale qui décide. Cela concerne de grands édifices extraordinaires comme La Rotonde de Montabon ou l’église d’Asnières Sur Vègre. C’est une bonne idée qui permet de ne pas faire reposer la conservation du patrimoine seulement sur les fonds publics.

Encadré

Le Roussard a servi à la construction de la muraille romaine du Mans

Le Roussard est un grès ferrugineux utilisé comme matériau de construction, Ces sables du Perche « se sont déposés au Cénomanien – il y a environ 100 millions d’années – dans une mer peu profonde » retrace le géologue. A cette époque, « le climat est le plus chaud qu’on ait connu sur Terre avec une température moyenne de 25 °C alors qu’elle est aujourd’hui de 15 °C. » Les continents environnants sont soumis à l’érosion formant ainsi des sables qui deviennent alors les sables du Perche. L’enceinte romaine du Mans présente une couleur ocre due à l’emploi de grès rouge dite « pierre de Roussard, alternant avec le calcaire crayeux plus clair, les chaînages de brique rouge et le mortier rose pâle, riche en tuileau pulvérisé.

Bruno Réchard

Bruno Réchard, rédacteur en chef du Petit Sarthois

Ajouter commentaire

Nous suivre

Vous aimez la Sarthe ? Alors vous aimez le Petit Sarthois… Suivez-nous ;-)

PUBLICITÉ