« BBC -

Julien, 37 ans, Le mans,Chasseur de tête

Drôle de mot pour un recruteur. Le chasseur de tête n’a rien d’un chasseur classique. Mais que vise-t-il justement ? Des profils de candidats qualifiés pour des emplois très spécifiques, au travers d’une approche directe. Nous avons rencontré Julien Lesourd, Consultant en Recrutement qui a réalisé un beau parcours de cadre dans la fonction RH, au sein d’entreprises de service numérique, qui nous explique son métier de recruteur dit « chasseur de tête ». Le système présente des avantages : réactivité, discrétion, facturation au résultat.

Le profil de Julien : un cadre expérimenté disposant d’une forte empathie

Julien Lesourd a roulé sa bosse depuis 15 ans dans de belles entreprises : Carglass, Segula Technologies, SII, EnvieMaine… Autant dire que depuis ses débuts comme recruteur chez Carglass, il a vu les méthodes évoluer… « A mes débuts ma mission de recruteur consistait à pousser des annonces, aujourd’hui on chasse sur la toile et on contacte directement les profils recherchés sur leur lieu de travail » explique Julien, dont les bureaux sont partagés avec un autre consultant en Web Marketing, quartier Gare Sud du Mans. « Pour performer il convient d’avoir une bonne connaissance du marché du client et de ses besoins, recruter une perle rare peut se faire en quelques semaines, voire quelques jours… Étant donné mon parcours, je me suis spécialisé dans le recrutement de cadres pour les ESN » ajoute Julien qui propose à ses clients un fonctionnement à la réussite : 50% au démarrage du candidat en tant que salarié, et 50% à la fin de sa période d’essai. Julien recherche actuellement des profils pour le Groupe Apside et donne par ailleurs des cours de Ressources Humaines à des étudiants de la CCI ou de ST Charles. 

Les outils : Linkedin et un carnet d’adresses bien fourni

Instrument incontournable pour celui qui piste l’oiseau rare, LinkedIn se montre très utile pour la recherche de profils pointus. Pour ces métiers qui nécessitent une expérience ultra-spécifique ou des compétences techniques de pointe, LinkedIn et son moteur de recherche est la plateforme parfaite. « Je dispose de 12 000 contacts professionnels sur Linkedin, et j’utilise une version payante de Linkedin (Linkedin Recruteur) qui donne accès à des informations plus détaillées, voir à des profils qui normalement sont inaccessibles en mode gratuit » précise Julien, qui complète sa chasse de candidats par des recherches sur des Jobboards comme « HelloWork » ou «Indeed». Bien entendu, le réseau constitué est enrichi par nos rencontres, les recommandations et les personnes croisées lors des précédentes expériences professionnelles ».

Un conseil aux entreprises: soigner le «On boarding» et travailler sa marque employeur

La marque employeur désigne l’ensemble des problématiques d’image de marque liées à la gestion des ressources humaines et au recrutement d’une entreprise. Elle est de plus en plus valorisée par les entreprises, qui ont pris conscience de la nécessité d’investir pour mettre en œuvre une communication adaptée pour attirer et conserver les talents. « C’est de la communication externe auprès des candidats potentiels et interne auprès des salariés de l’entreprise », précise Julien Lesourd. Avec l’omniprésence du Digital, les candidats accèdent en quelques clics aux informations sur les métiers, les salaires ou les conditions de travail des entreprises. D’où la nécessité de maîtriser ces informations en développant un discours transparent et attractif, valorisant la culture de l’entreprise et ses engagements (notamment en termes de RSE). Plus l’image de l’entreprise est positive, plus elle a des chances d’attirer les profils dont elle a besoin. Et chose importante, « l’entreprise doit soigner l’accueil des nouveaux salariés, ce qu’on appelle le « on boarding » dans le métier, afin de diminuer au maximum le taux de sortie en période d’essai, et de démarrer dans les meilleures conditions » précise Julien qui accompagne ses clients sur cette phase clé de l’intégration de ses candidats placés.

Bruno Réchard

Bruno Réchard, rédacteur en chef du Petit Sarthois

Ajouter commentaire

Nous suivre

Vous aimez la Sarthe ? Alors vous aimez le Petit Sarthois… Suivez-nous ;-)

PUBLICITÉ