« BBC -

NOUS ÉTIONS QUELQUES BONS COPAINS… À BICYCLETTE…

Nicolas, Jean-Marc, Patrick, Denis, Joël, Olivier C, Jannick, Pascal et Olivier A.

La première : une bande de copains un peu inconscients

Un soir de premier de l’an, Olivier et Denis Godefroy émettent l’idée de participer aux 24H vélo. Pascal Paineau, notre interlocuteur, était lui aussi présent à la soirée. Ni une ni deux, les 3 compères trouvent 3 autres acolytes : Nicolas Marie, Erwan Piéplu et Patrick Guillaut qui a même couru sur un VTT !!! « Nous étions tous fans de sport : foot, triathlon, course à pied… » se souvient Pascal. La première année notre organisation laissait un peu à désirer « Un simple barnum mais pas trop de logistique, même pas de gamelles…On n’avait jamais roulé en peloton et il avait bien plu à l’époque… Mais déjà de grands souvenirs »

Patrick Paineau, frère de Pascal, appelé à la rescousse en 2014

Après l’effort le réconfort.

Convaincus qu’avec un peu plus d’organisation, les résultats et l’ambiance iraient crescendo, Pascal Paineau entreprend d’intégrer son frère Patrick, un as de la logistique dans sa vie professionnelle. Certes pas cycliste pour un sou… mais sportif… Patrick prend les choses en main : il répartit les tâches, loue du matériel et organise à merveille le week-end dès la deuxième année. La « team » Mayorange monte à 2 équipes puis 4 équipes quelques années plus tard. Près de 200 repas sont servis sur le week-end et les conjoints se joignent à la fête. Les résultats suivent aussi avec un Top 100 l’année dernière (sur plus de 400 équipes inscrites).

Une ambiance conviviale sans perdre de vue le challenge sportif

Le campement s’installe chaque année au camping du Houx, près du chemin aux bœufs. Les relais s’enchainent toutes les heures, chacun des 6 concurrents accomplissant 4 relais d’une heure dans un temps avoisinant en moyenne les 6’30-6’40.

Car Patrick souligne que « la première chose que l’on fait en mettant le pied parterre : le chrono ? ». Il faut dire que chaque équipe est munie d’un transpondeur qui se transmet sur la piste, donnant à la seconde près le temps au tour. « Les meilleurs tournent en 5’20 » commente Pascal qui reconnait « qu’une dizaine d’équipes sont impossibles à suivre et jouent la gagne ». La seule vraie difficulté du circuit réside dans la montée du Dunlop, le reste c’est du faux plat descendant. « Il faut savoir prendre la roue des bons groupes, avec les années on apprend les ficelles. » commente Patrick un brin rusé. 

Une association créée : « les Mayoranges »

« Au début on supportait les coûts sur nos deniers personnels. » se souvient Pascal. « Puis on a eu l’idée de créer une association et de faire appel à des financements d’entreprises, pour payer la logistique et les maillots. » « Il a fallu trouver un nom » explique Patrick « nos maillots étaient orange, et comme on mangeait beaucoup de pâtes à la mayonnaise, le mot Mayorange est venu très vite. » Les sorties d’entrainement démarrent à compter de mars, avec des parcours de 100 km. « Je pars de La Guierche et on se retrouve au fur et à mesure de la route, on monte souvent à 12 coureurs » précise Pascal et « notre groupe fait des boucles essentiellement en Sarthe, selon le vent. Parfois l’été on se retrouve en pic-nic avec nos familles…» 

Bruno Réchard

Bruno Réchard, rédacteur en chef du Petit Sarthois

Nous suivre

Vous aimez la Sarthe ? Alors vous aimez le Petit Sarthois… Suivez-nous ;-)

PUBLICITÉ