loutred'europe
« BBC -

La loutre d’Europe

C’est un mammifère de l’ordre des Carnivores, de la famille des Mustélidés.
Elle est de couleur brune, avec un ventre plus clair, elle a un corps fuselé, des pattes palmées et un pelage dense.
Elle mesure entre 100 et 150 cm dont un tiers pour la queue et pèse entre 5 et 12kg. Elle vit en moyenne 5 ans.
Elle est protégée depuis 1972.

La loutre fréquente les cours d’eau, les marais, les étangs ainsi que les côtes maritimes, là où elle peut trouver des ressources alimentaires riches et variées et des refuges tranquilles.

Elle utilise plusieurs gîtes qu’elle choisit en fonction de leur tranquillité et de leur sécurité vis-à-vis des prédateurs: cavités, abris sous roches, terriers ou même couches à l’air libre, situés dans une végétation dense. Le gîte utilisé pour la mise-bas est nommé « catiche ». Elle se nourrit essentiellement de poissons mais aussi d’amphibiens, écrevisses, oiseaux, reptiles selon la saison et les ressources disponibles. Elle consomme environ 1 kg de nourriture par jour. La femelle peut mettre-bas à n’importe quelle période de l’année mais plus fréquemment au printemps .Ce sont généralement 1 à 2 loutrons, parfois 3 et qui restent entre 10 et12 mois avec leur mère.

Elle est difficile à observer car surtout active la nuit. La découverte d’empreintes et d’épreintes (déjections) qu’elle dépose à des endroits stratégiques (sur des pierres ou des bancs de sable) est souvent la seule façon de pouvoir attester sa présence sur un territoire. Mâles et femelles vivent séparément sur un vaste domaine vital de plusieurs dizaines de kilomètres de cours d’eau.

Autrefois présente sur l’ensemble du territoire, la loutre a subi un déclin important à partir du 19ème siècle. Actuellement, elle recolonise ses anciens milieux. En Sarthe, on a pu la localiser sur les bassins versants de la Sarthe, de l’Huisne et du Loir. Sa présence se limite à quelques individus. Sa progression demeure lente notamment du fait de son faible taux de reproduction, de la qualité des habitats, de la mortalité routière lors du franchissement des ponts. Un plan régional d’action est en cours pour accompagner et favoriser cette expansion. Il vise à :

– sensibiliser les usagers (pêcheurs, chasseurs, piégeurs, pisciculteurs) et les citoyens à son retour.;
– accompagner et former les gestionnaires des cours d’eau et des ouvrages d’art. Ainsi, en Sarthe, des travaux vont être effectués autour de plusieurs ponts pour permettre à la loutre de les franchir au plus près de l’eau et lui éviter de se risquer sur la chaussée.

Bruno Réchard

Bruno Réchard, rédacteur en chef du Petit Sarthois

Nous suivre

Vous aimez la Sarthe ? Alors vous aimez le Petit Sarthois… Suivez-nous ;-)

PUBLICITÉ