Maisons Open - Groupe Hexaom

QUENTIN ET SA ZOÉ ÉLECTRIQUE !

Quentin Henry et sa Renault Zoé achetée d’occasion

Quentin Henry, est propriétaire de la RENAULT ZOE R90 INTENS, premier modèle, 5 places, 22 kWh avec système de navigation. Il nous raconte pourquoi avoir choisi une voiture électrique. Ses avantages et ses inconvénients.

Quentin a acheté sa Zoé d’occasion en novembre 2021. Quand il l’a essayé, il a tout de suite été convaincu. Son prix d’achat était de 8 000 €, il a reçu une prime à la conversion bonus écologique de 3 500 € pour son ancien véhicule diesel. Il utilise sa voiture le plus souvent pour aller à son travail qui est à 16 km de son domicile.

Recharger, où et à quel prix ?
Au début, il rechargeait sa voiture sur une prise domestique normal, il a ensuite investi dans une prise de recharge renforcée (La prise Green’Up) posée sur le mur de la maison, attention ce n’est pas une borne ! C’est une prise de 3,2 kw qui charge plus vite, il faut environ 8h pour charger la voiture, il ne descend pas en dessous 20 – 30 % de batterie. Une recharge lui coûte environ 3 € en électricité. La charge maximale de sa batterie est de 92 %. Pour le savoir, Quentin a eu un certificat à l’achat via le vendeur. On peut aussi l’obtenir chez le concessionnaire.

Autonomie et caractéristiques
Utilisation de la voiture, le week-end, Quentin a fait un seule quand trajet pour la ramener en Sarthe. Son autonomie est de 110 km pour une vitesse moyenne de 80 kmh. Il a déjà pris l’autoroute vitesse max 135 km/h. Elle est très nerveuse et très adaptée pour la ville.

Combien ça coûte par mois ?
La batterie est en location, 69€/mois pour 10 000 kms/an + 30€/mois de charge. Il doit aussi compter avec un entretien par an d’un coût de 69€ et un contrôle technique comme toutes les voitures.

« Depuis le 1er janvier 2021, la cotisation d’assurance des voitures électriques est exonérée de la taxe spéciale sur les conventions d’assurance (TSCA), ce qui permet de faire baisser le prix de la prime d’assurance. »

Lien vers la prise de recharge installée par Quentin :

ET SI VOUS ACHETIEZ UNE ÉLECTRIQUE D’OCCASION ?

1,15% : la part de marché des véhicules électriques d’occasion en février 2022, en progression de 66,3% par rapport à février 2021 (source Opteven).

A partir de 5 000 € : c’est le tarif minimal qu’il faut débourser pour rouler en électrique et ce sera … en Renault Zoé. Largement diffusée en France (145 000 unités depuis son lancement en 2013), elle fait figure de choix évident pour les petits budgets. A moins que vous puissiez vous offrir une Nissan Leaf (à partir de 7500 €). Plus vaste et à l’autonomie supérieure, la berline japonaise est elle aussi, généreusement diffusée dans nos contrées. En dehors de ces 2 modèles, il faudra accepter de débourser davantage pour des modèles plus récents. Notez enfin que les VE décotent peu.

Le principal avantage de la Zoe d’occasion est de disposer d’un chargeur 22 KW lui permettant de recharger en 1h ou 2h selon les versions.

La batterie, l’élément clé : méfiez-vous des premiers véhicules électriques apparus sur le marché. Certains disposent d’une batterie à la technologie éculée (plomb, nickel-cadmium, lithium métal polymère), ne permettant pas plus de 100 km d’autonomie. Attention aussi à la perte de rendement : elle diminue jusqu’à 30% passé 8 ans. Pour vous prémunir, demandez à votre vendeur un diagnostic de la batterie. Il s’obtient après un contrôle dans une concession de la marque ou chez certaines entreprises spécialisées. Enfin, vérifiez s’il n’y a pas de contrat de location adossé à l’achat de la voiture, c’est une source d’ennuis futurs.

Peu d’entretien : sans fluide à contrôler, ni courroie (ou chaîne) de transmission à changer, et des freins moins sollicités grâce à leur système de récupération d’énergie, les voitures électriques affichent un faible coût d’utilisation, même si elles ont tendance à consommer davantage de pneumatiques.

Une prime à l’achat : même d’occasion, l’achat d’un véhicule électrique ouvre droit à une prime (1 000 €) à condition qu’il ait été immatriculé, pour la première fois, il y a au moins deux ans. Ce bonus peut être cumulé avec la prime de la conversion, dont le montant varie de 2500€ à 5000€, voire avec d’éventuelles aides régionales rendant la carte grise quasiment gratuite.

Bruno Réchard

Bruno Réchard, rédacteur en chef du Petit Sarthois

Nous suivre

Vous aimez la Sarthe ? Alors vous aimez le Petit Sarthois… Suivez-nous ;-)

PUBLICITÉ