« BBC -

« JE NE REVIENDRAI PLUS EN ARRIÈRE, MON VÉHICULE ÉLECTRIQUE N’A QUE DES AVANTAGES »

Christophe Delille, Directeur ESTACA Laval

Située à Laval et à Saint-Quentin-en Yvelines, l’ESTACA (École Supérieure des Techniques Aéronautiques et de Construction Automobile) est un établissement privé qui forme des ingénieurs sur le secteur des transports : automobile, aéronautique, spatial, transports urbains et ferroviaires. Nous avons rencontré Christophe Delille, responsable de la filière automobile, qui est par ailleurs propriétaire d’une Tesla model 3 depuis 1 an. 

Assiste-t-on à une révolution de la mobilité en général, et de l’automobile en particulier ?

Oui indéniablement, nous constatons de nouveaux usages accélérés par la crise en Ukraine et l’envolée des prix des carburants. Les ventes de véhicules électriques ont décollé et les constructeurs déploient de gros investissements sur ces nouvelles technologies. En parallèle les gouvernements accompagnent les clients via des aides, ce qui dope le marché.

Quels sont les avantages économiques du véhicule électrique dans votre situation ?

Je travaille sur Laval mais j’habite en Sarthe, à Cérans-Foulletourte. Je roule donc plus de 40 000 kms par an. Actuellement les économies de carburant réalisée grâce à mon véhicule électrique compensent mon crédit auto, donc l’investissement de départ (38 000 €) est amorti. (Depuis Tesla a augmenté le prix de la Model 3 à 50 000 €, soit 48 000 € bonus écologique de 2000€ déduit).Par ailleurs les véhicules électriques consomment peu sur les routes départementales (12 à 14 kWh selon les températures extérieures), et je peux recharger ma batterie la nuit chez moi en heures creuses. Le prix du KW/h est seulement de 11 centimes, soit un budget de 4 € 40 pour une recharge de 40 Kw (80% de 55 kw). Sans compter enfin l’économie d’assurance, l’État offrant une taxe sur le contrat d’assurance pour les véhicules électriques.

C’est donc rentable effectivement… Quant au plaisir de conduite ?

L’équivalent de la puissance de ma voiture en thermique serait de 325 cv ! J’ai donc une voiture sportive très agréable à conduire, silencieuse et extrêmement bien équipée. Je suis en lien avec la voiture à distance avec mon smartphone, je peux voir ce qui se passe dans et hors de la voiture grâce aux caméras connectées, je peux même la démarrer à distance si ma femme a oublié la carte de démarrage ! Nous sommes clairement passés dans une autre époque…

Quid de la problématique des recharges ?

D’abord il faut rappeler que vous rechargez les véhicules électriques sur toutes les prises électriques classiques. Ensuite il y a déjà 54 000 bornes de recharge installées en France par les professionnels : Ionity, Tesla, et de nombreuses enseignes comme Auchan et Lidl qui mettent gratuitement leurs bornes quand vous faites vos courses. Je suis parti en vacances cet hiver pour un trajet de 550 km, l’application smartphone avait calculé un arrêt de 20 minutes et tout s’est bien passé. Il convient de vérifier lors de l’achat si votre modèle accepte les charges rapides (250 kWh) car les 80% ne prennent alors que 30 minutes.

Et la recyclabilité des batteries ?

Le nouveau standard de batterie consomme moins de métaux rares. Les batteries LFP (lithium, fer, phosphate) : elles n’ont plus de nickel et plus de cobalt. Reste le problème du lithium… Les chercheurs y travaillent, espérons qu’ils trouvent les solutions pour que ces VE soient totalement écologiques.

ESTACA (École supérieure de technique aéronautique et de construction automobile)

Parc Universitaire – Rue Georges Charpak – LAVAL – 02 43 59 47 00 – www.estaca.fr

Bruno Réchard

Bruno Réchard, rédacteur en chef du Petit Sarthois

Ajouter commentaire

Nous suivre

Vous aimez la Sarthe ? Alors vous aimez le Petit Sarthois… Suivez-nous ;-)

PUBLICITÉ