BBC Constructions

ZACHARY, 20 ANS, PERPETUE LA PASSION DES PICHON POUR LE MOTOCROSS

Zachary Pichon et sa Honda

C’est avec Alain Pichon que tout a commencé dans les années 70, sur un terrain à Aigné. Quatre fois champion de France avant de passer le relais à Mickael, le fils prodige : 700 courses, dont 250 gagnées. 11 victoires en Super Cross aux États-Unis, où Mickaël et son épouse ont passé cinq années de rêve, deux titres de champion des États-Unis, 15 titres de champion de France et deux titres de champion du monde ! Quand en 2000 naît Zachary, Mickaël court le monde entier sur sa moto. En 2007, il débute sur une moto et là, ça va très vite. 10e du Minivert 65 en 2010, 4e en 2011, la saison 2013-2014 vient juste de se terminer et « Zac » finit vice-champion de France Espoirs cadets avec un palmarès éloquent : 21 courses dans l’année, 15 podiums dont 9 sur la plus haute marche. Nous avons rencontré Zachary, un compétiteur impatient de recourir MX1.

Le moto-cross mode d’emploi

Le moto-cross ou motocross est un sport extrême de compétition motocycliste consistant en une course de vitesse rassemblant 40 motards sur un circuit tout-terrain accidenté. Sport extrêmement physique, trois catégories y sont présentées : MX1 où l’on retrouve les motos équipées de moteurs 4-temps de cylindrée 450 cm3 et des moteurs 2-temps de 250 cm3 ; MX2, qui regroupe les motos à moteurs 4-temps de 250 cm3 et les motos à moteurs 2-temps 125 cm3 réservées aux plus petits ; MX3 (abolie en 2014) où sont utilisées les motos à moteurs 2-temps de plus de 250 cm3 et 4-temps de plus de 450 cm3. Sur tous les circuits, il existe différents types d’obstacles, principalement des sauts simples, doubles ou triples et parfois quadruples mais aussi la table (saut présentant une partie plate entre l’appel et la réception), le « camel jump » (la bosse d’appel est plus petite que la bosse de réception) et les « whoops » (séries de petites bosses rencontrées principalement sur des circuits de supercross (voir encadré ci-après).

Zachary passe en 450 cm3 en 2020 et marque des points

Après une bonne première saison encourageante en 450 (MX1), Zachary Pichon repart en 2021 sur des Honda du team Rocket JuniorS pour un programme similaire ! Aucun sport n’a échappé cette année au Covid, qui a bouleversé les calendriers et les plannings. Pour Zachary Pichon qui avait décidé à 19 ans de changer de catégorie l’hiver dernier pour passer en 450, les occasions de s’exprimer ont été relativement limitées puisque les championnats ont été raccourcis (Elite et Mondial) ou annulés (Supercross). « Ce fut une saison vraiment particulière avec peu de courses, un championnat Elite raccourci et malheureusement pas de Supercross, » analyse Zach qui a fêté son vingtième anniversaire en Octobre. « Cela s’est bien passé au niveau de l’Elite puisque je monte sur le podium de la seconde épreuve à Castelnau et prends la quatrième place au championnat, ce qui n’est pas mal pour une première année en 450. On a pu faire un peu de Mondial aussi, mais malheureusement à Faenza j’étais malade ; Arco fut plus probant avec un top quinze dans une manche et des points marqués à trois reprises. Disputer trois GP en une semaine fut un peu dur physiquement, ce fut une bonne expérience. »

En 2021 avec le team Rocket Junior Honda

En contact avec quelques structures pour la saison prochaine, Zachary et son père Mickael ont finalement décidé de repartir sur les mêmes bases au sein du team Rocket Juniors. « On repart avec les mêmes partenaires principaux, à savoir Honda, Bihr et Mc Donald. On a vu cette année que cela marchait, on va donc travailler dans la continuité, » précise Zach qui repart donc sur des bases connues et solides. Pour l’heure notre Sarthois continue de s’entrainer avec Papa sur le sable (qui prépare Le Touquet) sur la nouvelle CRF 450R de Honda et espère redémarrer à Romagné les 10 et 11 avril prochain. Vivement la sortie de cette crise sanitaire, afin que les « Sarthois Rockets » continuent de porter haut les couleurs de notre département sur les podiums.

Le Supercross, sport ultime du motocross

Le Supercross est un dérivé du Moto-cross né aux États-Unis. Il se dispute sur une piste artificielle tracée en salle (ex : Supercross de Paris-Bercy), mais aussi dans un stade, voire un parc des expositions. La première épreuve de Supercross disputée en France a été organisée en septembre 1977 sur un terrain artificiel tracé au bulldozer dans l’enceinte du circuit du Mans, à l’occasion du Bol d’or. Elle avait été mise sur pied par Alain Kuligowski, alors journaliste spécialisé tout terrain à Moto Revue.

Actuellement le meilleur « SX rider » en activité est sans conteste l’Américain James Stewart Jr, même si Ryan Villopoto, plus jeune que le premier, a remporté 4 titres consécutif de champion des États-Unis.

Parmi les pilotes qui ont marqué l’histoire de ce sport, on peut citer Jeremy McGrath, recordman du nombre de titres : 7 en catégorie reine et 2 en 125 cm3 ; Quelques Français ont aussi réussi à battre les Américains sur leur terrain : Jean-Michel Bayle, après avoir obtenu les titres de champion du monde 125 cm3 en 1988, puis 250 cm3 l’année suivante. En 1991, il remporte les titres américains de Supercross puis les titres de champion américain de moto-cross en 250 et 500 cm3. Mickaël Pichon a quant à lui été titré en SX 125 East Coast en 1995 et 1996.

Bruno Réchard

Bruno Réchard, rédacteur en chef du Petit Sarthois

Ajouter commentaire

Nous suivre

Vous aimez la Sarthe ? Alors vous aimez le Petit Sarthois… Suivez-nous ;-)

PUBLICITÉ