72 IMMOBILIER - ÉTÉ 2022

SOIF D’ENTREPRENDRE : LA SARTHE AU TOP !

L’une des composantes essentielles de l’équilibre de nos vies réside dans notre capacité à tirer les fruits de notre travail au quotidien. Certains sont salariés et d’autres choisissent de se mettre à leur compte, sous différentes formes. Nous avions réalisé un Dossier Spécial Zone Nord du Mans en avril, qui présentait cette entité économique de premier plan dans la région ouest. La rentrée de septembre est traditionnellement un moment de reprise économique, après la parenthèse estivale sujette à détente, loisirs et repos. Nous aimons donc parler « Entreprise » chaque année à cette période, et nos rencontres d’avril ont permis d’approfondir nos relations en Zone Nord du Mans. Nous vous proposons donc un numéro spécial « Soif d’entreprendre » au travers de rencontres de chefs d’entreprise de la Zone Nord du Mans. Nous allons essayer de comprendre l’évolution fulgurante des usages économiques de notre société, qui mène « tambour battant » une transformation profonde de nos vies, au travers de la révolution numérique, de l’essor du télétravail et de la nécessité de tenir compte des nouvelles normes sanitaires liées à la crise de la Covid 19.

Les créations d’entreprise explosent en Sarthe

L’observatoire de la création d’entreprise a sorti un rapport il y a quelques mois qui confirme cette soif d’entreprendre dont font preuve les français, et particulièrement les sarthois en cette année 2021. En effet 405 entreprises ont été créés en mai 2021 (Source BPI France création), soit la plus forte progression en Pays-de-Loire versus 2020 avec pour la Sarthe +127,5%, et 70,4% de progression en cumul de janvier à mai 2021 vs 2020. Énorme ! En comparaison le taux France entière est respectivement de +60,1% en mai (vs 2020) et +50,5% en cumul 2021 vs 2020. Les Pays-de-Loire tirent leur épingle du jeu avec +108,5% et +60,6% en cumul. La Sarthe a donc le vent en poupe et nous avons rencontré des spécialistes qui décryptent les raisons d’un tel phénomène. Maureen Hernandez, Conseillère d’entreprises en création reprise chez TGS France Le Mans, cabinet d’expertise comptable et de conseil pluridisciplinaire pour les entreprises, confirme cette dynamique « Il y a vraiment une dynamique sur les entreprises innovantes sur tout type d’activité : innovation d’usage, innovation sociale, innovation technologique. Cette dynamique est stimulée par un grand nombre d’aides sous forme financière ou de formation Nous avons environ 700 clients en Sarthe, avec très peu de défaillances. » 

Les secteurs porteurs pour de nouveaux entrepreneurs

Les secteurs porteurs concernent la vente à distance (+355%) avec les transports et l’entreposage, les services à la personne (+169%) notamment les personnes âgées, la construction (+126,7% de janvier à mai 2021 vs 2020) avec l’écoconstruction, et enfin plus surprenant l’industrie (+104,9%). Maureen Hernandez de TGS confirme « une certaine forme de relocalisation en France, du fait de la crise sanitaire, notamment sur les sous-traitants sarthois. » Les entrepreneurs sont en majorité des jeunes de moins de 40 ans, qui ont démarré en micro-entrepreneurs, et qui passent en société du fait de dépassement de seuils : beaucoup de SARLU et de SASU (U pour unipersonnelle). « Les projets nous arrivent en général bien ficelés, accompagnés en amont par la Chambre des Métiers, la CCI ou Initiatives Sarthe : ce sont des projets qui tiennent déjà la route. Nous leur trouvons des partenaires bancaires (accordés à 98%). Les prêts vont de 30K€ à 100 K€ et nécessitent un business plan bien construit et des dirigeants ayant les compétences requises. Il y a une parité homme femme équilibrée, avec beaucoup de 30-35 ans. » explique Maureen Hernandez. Quant au développement exponentiel des transports et de l’entreposage, le développement du E-commerce explique évidemment ces chiffres (voir page 11 interview de Hervé Tremblaye).

Les évolutions récentes : réseaux et digitalisation  

La dynamique commerciale, essentielle pour tout projet entrepreneurial, est boostée par la participation à des clubs de chefs d’entreprise comme les BNI (Business Network International). Il y avait au Mans 3 groupes BNI début 2021, dont le plus gros compte plus de 35 chefs d’entreprise qui se réunissent chaque mardi matin pour 2 heures de réunion collective où les recommandations de membre à membre s’enchaînent grande vitesse. Frédéric Desbois, dirigeant d’Artéo Conseil, et membre du Groupe BNI Activ’Mans, souligne que « la dimension commerciale est essentielle à tout lancement de projet, les clubs sont un excellent moyen d’étoffer le réseau des chefs d’entreprise ».  Artéo Conseil accompagne les TPE-PME dans leur développement commercial et leur marketing digital. Cette dernière composante est aussi essentielle pour faire avancer l’entreprise : « Un site web performant accompagné d’une stratégie digitale conquérante est devenue depuis 5 ans l’une des priorités des entrepreneurs. » constate Frédéric Desbois. Enfin les dirigeants ayant atteint la cinquantaine constituent aussi un formidable vivier pour les projets entrepreneuriaux : « Dans notre portefeuille clients, nous avons beaucoup de dirigeants qui aujourd’hui pensent à leur retraite, et considèrent que leur personnel peut reprendre leur entreprise, sous une forme moderne de coopérative, comme la Scoop » Autre mutation récente, ils ne veulent plus quitter le monde du travail et deviennent, par passion, des financeurs de projets sous forme de Business Angels. Ainsi Le Mans Sarthe Investissement regroupe des investisseurs potentiels pour de jeunes créateurs. Autre cas récurrent des cadres de 50 ans qui partent avec une indemnité et qui reprennent une activité, sur un secteur porteur ou dans un domaine connexe à leur expérience.

Un rapport à l’Entreprise différent entre générations

Les mentalités des jeunes générations ont changé dans leur approche du travail. « Ils créent ou reprennent une entreprise mais ce n’est pas au détriment de leur vie personnelle » souligne Maureen Hernandez de TGS France Le Mans. « Nous avons par exemple en Zone Nord un jeune entrepreneur qui vient de se lancer dans l’écoconstruction, secteur porteur. Le but de ce jeune chef d’entreprise n’est pas de tout sacrifier pour son entreprise, mais surtout de consacrer du temps à sa famille, ses loisirs, ses amis. » Ces nouveaux rapports à l’Entreprise créent souvent une sorte de fossé entre les générations. Il y a d’un côté les entreprises ayant basculé sur le télétravail, l’hyper-digitalisation et l’immatériel au sens large, et les entreprises plus traditionnelles qui adhèrent moins à cette nouvelle économie très éloignée des habitudes de la génération précédente. Par conséquent, le recrutement est le théâtre d’une certaine incompréhension entre la jeune génération qui souhaite travailler sur des métiers nouveaux (services, écologie, high-tech, loisirs) et l’économie traditionnelle qui peine à recruter de nouvelles forces, alors que la demande du marché est forte et que parfois des contrats ne peuvent être honorés faute de ressources humaines insuffisantes. Un travail de fond sur l’image métier est alors nécessaire et peut prendre de nombreuses années.

Bruno Réchard

Bruno Réchard, rédacteur en chef du Petit Sarthois

Ajouter commentaire

Nous suivre

Vous aimez la Sarthe ? Alors vous aimez le Petit Sarthois… Suivez-nous ;-)

PUBLICITÉ