Aux Pieds Douillets

La Jumenterie du Haras de Malidor, Le Lude

Béatrice Latouche, maire du Lude, et son équipe, ont lancé en 2020 le projet de restauration de la jumenterie. La municipalité est en effet propriétaire du site par un bail emphytéotique de 40 ans. Le projet est financé à hauteur de 276 000 € par an sur 3 ans, largement subventionné par la région et le département. Le projet a aussi bénéficié d’un chèque de 116 000 € en septembre 2020 de la mission Bern de la Fondation du Patrimoine.  Le Petit Sarthois a chaussé les bottes sur le terrain, entre Loir et bocage, pour visiter un chantier modeste et génial !

l'équipe du Cham (Chantier Histoire et Architecture Médiévales) restaure la jumenterie du Lude
L’équipe du CHAM (Chantier Histoire et Architecture Médiévales) restaure la Jumenterie du Lude

Le haras avait été construit entre 1846 et 1860 pour accueillir les juments du marquis de Talhouet. Les juments devant mettre bas étaient installées dans la jumenterie, afin d’être surveillées par un valet d’écurie tout le temps de leur gestation. Quatre boxes sont en effet disposés en fer à cheval et enveloppent un petit bâtiment contenant une chambre à cheminée terminée en abside, pour loger le valet d’écurie. L’abside de la chambre est percée de quatre baies en forme de meurtrière qui permettaient de surveiller chaque jument. Chaque écurie donnait sur une cour arrondie et donnait à l’édifice la forme d’une marguerite. L’ensemble est construit en moellons enduits avec chaînage en tufeau ou en briques recouverts d’un faux appareil de brique peintes. Un puits se trouve à proximité.

La jumenterie a été utilisée comme espace de stockage pour le foin au XXe siècle, puis définitivement abandonnée dans les années 1970. Sa toiture s’est ensuite effondrée au début des années 2000, et le bâtiment est désormais exposé aux intempéries. Il a aussi été pillé de ses ardoises, carreaux de tomette… Sa restauration est menée par le CHAM (Chantier Histoire et Architecture Médiévales) en la personne de Didier Payet, qui encadre une douzaine de stagiaires. Le CHAM a d’abord réalisé une étude de faisabilité qui a abouti à un projet de chantier école, à destination de volontaires du service civique et de bénéficiaires du programme d’insertion professionnelle PrépaRebond. 

les moellons en tuffeau servent à la restauration de la jumenterie du Lude
Les moellons en tuffeau proviennent de la région

Quant aux matériaux utilisés pour la restauration sont fournis localement, afin de respecter l’histoire du bâtiment et de limiter l’empreinte écologique du chantier, mais aussi de répondre à une volonté d’inclure des artisans et partenaires locaux au projet. Ainsi, les maçonneries sont réalisées en moellons de calcaire, de même que les pierres de taille, calcaires elles aussi, notamment de type Tuffeau – pierre traditionnelle de la région.

Renseignements : www.ville-lelude.fr

Béatrice Latouche, maire de Le Lude, et son équipe
Béatrice Latouche, maire du Lude, entourée de son équipe

Bruno Réchard

Bruno Réchard, rédacteur en chef du Petit Sarthois

Ajouter commentaire

Nous suivre

Vous aimez la Sarthe ? Alors vous aimez le Petit Sarthois… Suivez-nous ;-)

PUBLICITÉ